Partagez | .
 

 Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sexe : Féminin Messages : 146
Date d'inscription : 06/05/2017
Âge : 17
Localisation : Somewhere Only We Know ~ ♪
Emploi/loisirs : Eleveuse de Lamas
Humeur : Tutturuuuuuu ~ ♪

MessageSujet: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 1 Sep - 0:00

Coucou je vais raconter ma vie!

Humhum...Non, pas la bonne intro. On reprend. Alors, comme vous le savez peut-être, j'entre en licence de japonais cette année à l'INALCO et... La rentrée c'est bientôt haha. Je m'étais dit que ce serait sympa de faire un topic pour partager mon expérience étant donné qu'on est un forum manganimé aussi bien le quotidien que ce que j'étudie.

Donc vous vous en doutez, ici ça va écrire écrire écrire. Peut-être que ce topic irait mieux dans discussions courantes, ça dépend comment je m'exprime (mais le ton du récit me va plutôt bien donc)

On se voit le 7 septembre pour l'épisode 1 de type prologue!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Masculin Messages : 7195
Date d'inscription : 30/05/2012
Âge : 20
Localisation : Mitakihara
Emploi/loisirs : Affronter tout type de dresseur.
Humeur : Hawnlesque

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 1 Sep - 0:03

OH ! Moi qui pensait être le premier à poster pour cette journée et surtout être le seul à poster dans DOP ART... IRISIA-SAMA ARIGATO !

En tout cas j'ai hâte de voir ce que va donner ton année en fac de Japon... Au début je me suis dit "Mais c'est Discussion courante" et quand j'ai lu "de type monologue" j'ai dit "Ok."... Donc t'as bien choisi !

Tu pourras nous raconter tes préparatifs aussi tu en fais 8)




Arigato DOP-sama :
 


20 HAWN ! Merci :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 980
Date d'inscription : 11/03/2018
Âge : 21
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Joyeux

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 1 Sep - 1:43

Mon bébé va faire son entrée à l'université <3
Bonne rentrée !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 2056
Date d'inscription : 02/07/2013
Âge : 22
Localisation : A Panem... ♥
Emploi/loisirs : Chasseuse de prime

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 1 Sep - 10:34

Hâte de voir comment ça va se passer pour toi ! J'espère que tu t'y plairas.



   
Find your voice. And when you do, fill the damn silence

Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 938
Date d'inscription : 04/08/2016
Âge : 21
Localisation : Chez Lucy
Emploi/loisirs : Non.
Humeur : J'aime pas les gens.

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 1 Sep - 11:04

Bonne rentrée Irisia ! J'espère que tu t'y plairas et que tu accrocheras à ta classe, ton cursus, etc. J'ai hâte de savoir ce que l'avenir te réserve.




Duos de choc:
 


Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 146
Date d'inscription : 06/05/2017
Âge : 17
Localisation : Somewhere Only We Know ~ ♪
Emploi/loisirs : Eleveuse de Lamas
Humeur : Tutturuuuuuu ~ ♪

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Ven 7 Sep - 17:58

Episode 1: Vie d'une stressée asociale ou presque.

Septembre. Le mois tant attendu par chaque étudiant. Enfin, attendu? Plutôt devrais-je dire redouté. Les jours, les semaines passaient à toute vitesse et moi, hors du temps, à peine avais-je bougé de mon ordinateur... Enfin, j'exagère. J'avais l'impression d'être hors du temps. En particulier en ces débuts de Septembre où chacun se hâtait dans les métros parisiens où moi, je marchais tranquillement. Mais aujourd'hui, ces vagabondages s'arrêteraient. Moi aussi, je serais active. Comme tous les autres que je n'avais pu que contempler de loin. De potentiels futurs médecins, avocats, des étudiants en classe préparatoire au mec paumé en licence de mécanique, je les écoutais chacun avec leurs inquiétudes; panique pour certains et grosse charge de travail pour d'autres, attendant tout juste mon tour sans savoir ce qu'il y aurait vraiment au bout du chemin.

Il était déjà une heure du matin et j'avais laissé mon cerveau planer en rangeant mes affaires. Je m'étais résolue à me coucher tôt mais j'avais dû céder à mon énervement qui m'avait conduite à aller jouer au badminton. Je me connectai un instant sur la CB de DOP et y trouvai Sejins, seul et abandonné. Il me demanda si j'avais cours le lendemain et je lui exposai ma situation. J'étais en panique. Allais-je réussir à me socialiser? Allais-je avoir des comportements inappropriés? J'avais juste peur de me retrouver seule dans ce grand bâtiment sans personne à qui parler à cause de mes anciennes tendances à rester à l'écart du troupeau, à ne pas comprendre certaines interactions. Peur et excitée de commencer à apprendre le Japonais. Je fis part de mes doutes à Sejins qui se contenta de rire. Excédée, j'allai me coucher et lançai une musique de fond supposée me détendre.

Spoiler:
 

Je me réveillai tout naturellement avant mon réveil. 6h38. Je me demandai une fois encore comment alors que je m'étais couchée tard, je pouvais bien m'éveiller tout naturellement à peine cinq heures après m'être endormie. Je restai prostrée contre mon polochon en attendant la sonnerie du réveil une bonne demi-heure après, m'habillait dans mon lit et partis me réchauffer mon pain. Quand j'eus achevé de me préparer, mon père me déposa à la gare d'où je pourrais prendre un RER A et rejoindre ma correspondance. Je devrais m'habituer à me frayer quotidiennement un chemin à travers les foules à Gare de Lyon. C'était ça, Paris. J'identifiai rapidement l'emplacement de la ligne 14 non sans appréhension. J'avais déjà pris cette ligne. Mais pas assez souvent pour me souvenir automatiquement où aller. Aussi, je suivis la foule en me remémorant de quel côté du quai je devais me placer. Je me souvenais que le métro vers Olympiades devait se situer sur ma droite. Le voyant arriver, je me hâtai vers les portes où affluaient les gens. En levant les yeux, je m'aperçus alors que je me dirigeais en réalité vers Saint-Lazare. Je descendis à la station suivante et repartis enfin dans le bon sens. Là où j'avais été prévoyante, c'était en prenant de l'avance. Je m'étais donné le temps de me perdre.

J'arrivai enfin devant un grand bâtiment brun du treizième arrondissement de Paris où se traçaient de grandes lettres "inalco" et "bulac". Je voyais des groupes se parler devant l'entrée et me demandai si parmi eux se trouvaient des gens avec qui je pourrais être en phase. Alors que je me faufilais dans le hall entre des silhouettes me surplombant, on nous indiqua de nous installer dans l'amphi n°1. Je me dirigeai alors vers les pupitres d'un brun sombre et presque roux situés sur ma gauche. Quelques instants plus tard se rajoutèrent à mes côtés deux garçons, l'un blond, l'autre aux cheveux couleur schtroumpfs. Il m'avait l'air d'un Python aux cheveux plus clairs. Derrière moi, j'entendais les chuchotements typiquement féminins auxquels je n'avais jamais su m'associer, des discussions qui étaient loin de m'intéresser. J'attendis, un peu agacée et sortis mon éventail, l'agitant pour m'empêcher d'étouffer. Les discours se succédaient au micro et eurent tôt fait de capter toute mon attention. La salle était remplie de futurs étudiants des aires culturelles de l'Asie du Sud et de l'Est. On constata par le nombre de mains levées que près de la moitié de la salle était composée d'étudiants en Japonais dont mes deux voisins avec qui j'échangeai de brefs regards disant "Oh, c'est cocasse dites donc." C'était ainsi qu'on nous décrivit les grandes manifestations au sein de l'établissement. Le Japon contre le reste du monde. Du fun en perspective.
A l'issue d'une heure et demie de réunion, je fis rapidement la connaissance de mes deux voisins et nous suivîmes une étudiante pour la visite guidée où j'en profitai pour poser des questions sur la cafétéria. Il fallait bien s'informer sur le plus important.

Je quittai mes deux acolytes aux abords du métro et partis rejoindre une amie en prépa à une station de là. Après une heure d'attente, je piétinais sur place, scrutant la porte du lycée. Je remarquai pendant ce temps une fille au téléphone derrière moi qu'il me semblait connaître. Il fallut que son amie franchisse les grilles pour que je sois sûre de ne pas me tromper. C'était bien une fille qui avait été dans ma classe en seconde. Intimidation 1 - Sociabilité 0. Après la dégustation d'un bon riz loc lac, nous repartîmes prendre le métro où encore une fois, je croisai un visage familier. C'était une fille brune qui s'était installée tout juste en diagonale par rapport à moi. Je la soupçonnais d'être une ancienne amie d'enfance à qui je n'avais pas parlé depuis une bonne dizaine d'années. Intimidation 2 - Sociabilité 0.

Je veux me cacheeeer!

[To be continued]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 980
Date d'inscription : 11/03/2018
Âge : 21
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Joyeux

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Ven 7 Sep - 18:39

Tu as été breakée mais le set n'est pas encore terminé, courage ! Et bravo pour avoir parlé à tes 2 camarades ! On attend la suite (perso je suis plus intéressé par les cours en eux-mêmes).



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Masculin Messages : 309
Date d'inscription : 24/02/2018
Âge : 18
Localisation : Dans l'ombre
Emploi/loisirs : Dormir / Manger / Flooder / Dormir / Manger.....
Humeur : Vagabonde

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Ven 7 Sep - 21:28

Je veux savoir la suite avec ta connaissance !! owo

Offre nous du spectacle owo


"
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://myanimelist.net/animelist/KuroNeko_Chii
Sexe : Féminin Messages : 146
Date d'inscription : 06/05/2017
Âge : 17
Localisation : Somewhere Only We Know ~ ♪
Emploi/loisirs : Eleveuse de Lamas
Humeur : Tutturuuuuuu ~ ♪

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Ven 7 Sep - 22:58

Haha je retoucher ai peut-être le récit d'aujourd'hui si j'ai pas la flemme, j'ai dû laisser passer quelques détails



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Masculin Messages : 7195
Date d'inscription : 30/05/2012
Âge : 20
Localisation : Mitakihara
Emploi/loisirs : Affronter tout type de dresseur.
Humeur : Hawnlesque

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 8 Sep - 11:21

PTN ton texte tue, je me suis éclaté à le lire et par moment je me suis même reconnu... GAMBATE IRI-CHAN j'espère que la suite se passera bien et que tu te sociabiliseras vite... N'oublie pas cette question existentielle : pourquoi est-ce que je fais du badminton ?




Arigato DOP-sama :
 


20 HAWN ! Merci :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 4854
Date d'inscription : 06/06/2015
Âge : 18
Localisation : Domaine Carpenter
Emploi/loisirs : Graph
Humeur : >w<

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 8 Sep - 14:19

J'en reviens pas que j'ai lu ton texte, je suis pas du tout lecture etc (je lis que les histoires DOP parce que Red me menace) Mais omg c'était bien écrit donc j'étais bien dedans ! Donc bravo à toi d'avoir capté mon attention ;3
J'attends aussi la suite Irisia owo
Et tqt je suis sûre que tu vas te faire des amis ! (toi au moins il y a des mecs dans ton amphi...)









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 146
Date d'inscription : 06/05/2017
Âge : 17
Localisation : Somewhere Only We Know ~ ♪
Emploi/loisirs : Eleveuse de Lamas
Humeur : Tutturuuuuuu ~ ♪

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 8 Sep - 23:57

Episode 2: La Galérienne

On est samedi et c'est l'épisode 2! Comment ça il y a eun épisode? C'était pas du tout prévu au programme! Comment donc alors qu'il n'y a pas eu de cours? Putaaain, j'ai même pas fait exprès de rajouter des intrigues... Normalement il devait rien y avoir ce soir. Commençons donc par la réponse aux commentaires. Pourquoi je joue au badminton? Parce que c'est mon sport voilà. Et le badminton nocturne dans le jardin c'est le feu. En réalité, c'était même une question qui était à poser hier à vingt heures où je suis allée jouer une bonne heure avec mon père alors que j'avais dormi cinq heures la veille et que ça faisait une bonne heure que je piquais du nez avec ma mère sur le canapé sans me résoudre à faire une vraie sieste.
Et je suis contente que mon style t'ait plu, Ichigo. Mais si tu veux des vrais textes, je te redirige sur mon autre topic étant donné que ce n'est pas ma vraie plume ici enfin, si t'as envie hein ça a pas l'air d'être trop ta tasse de thé mais on ne sait jamais si la curiosité te prend.
Ah là là, ma journée était ma foi riche en rebondissements. Enfin ça dépend du point de vue. Pour ma part, je pense plutôt qu'elle reflète bien ma stupidité caractérisée par mon étourderie qu'il faut que je soigne à tout prix. Des fois, je me rassure en me disant que des gens pourraient trouver ça mignon mais d'un autre côté, je me dis que je les encule tous. Ca suffit d'être mignonne, enfin! Je soupire et je souhaiterais grandement être plus responsable, c'est somme toute désespérant. Quand tu arrives à t'organiser, tu vois ça comme une victoire, mais en réalité, ce n'est qu'un comportement normal et alors t'en réjouir, t'as l'air bien conne. Au contraire, tu oublies des choses (importantes surtout sinon c'est pas drôle) et... Bah quoiqu'il arrive, ce sont ces erreurs qui prouvent que tu n'as pas changé qui ressortent plus puissamment. Quoique je fasse, jusqu'ici je suis TOUJOURS une galérienne. J'aimerais pouvoir dire que malgré ceci et cela, je vais bien dans ma tête mais je sais pertinemment que c'est faux. J'aimerais pouvoir dire que même si à l'extérieur je fais des erreurs connes, humainement je suis quand même plus droit dans mes chaussures, mais c'est faux. Et ça me rage.
Rien qu'aujourd'hui. J'ai réussi à oublier ma veste dans l'amphi. Sûrement trop distraite par mon ventre qui criait famine, le discours galvanisant du prof et la prestation de Taïko. En revanche, dire la même chose des présentations des étudiants japonais en échange... Ils était tout au fond de la salle, impossible de les entendre. J'ai abandonné à la deuxième personne que mes oreilles ont entendu dire "Je viens de Tokyo, il y a beaucoup de motos". Toujours est-il que même si j'avais quitté mes deux acolytes dans le métro (les mêmes qu'hier, décidément. En même temps, un mec aux cheveux bleus est tellement plus repérable. Et au moins, cette fois il m'a pas salué d'un doigt d'honneur.) non sans avoir fait le jeu du miroir en imitant le blond en face de moi, les cheveux au vent, pris le RER A, j'ai dû rebrousser chemin. Sans manger. Et quand j'ai enfin un steakhouse sous la main, j'ai du mal à le finir, dites donc c'est du foutage de gueule. Enfin, je dis ça mais ce sera jamais pire qu'un bon loc lac qui remplit bien le ventre. Ils veulent nous piéger les restaurants viet, c'est fou.
Quand je m'installai enfin dans mon jardin, j'errai un instant sur facebook et trouvai le groupe de ma promo où je vis des gens galérer et stresser par rapport à l'inscription pédagogique. Ca faisait 2 jours qu'on nous faisait bien comprendre que les inscriptions pédagogiques, c'était Hunger Games. A 7h30 l'ouverture le lundi puis le choix des groupes: Premier arrivé, premier servi. La base. De bonnes horaires... Et puis, le fameux groupe 8 composé de cours le soir uniquement. En trouvant le lien de leur serveur discord, je vagabondai un instant à la découverte des channels. Un emote Mayushii, je ne pouvais pas mieux tomber. Puis, un éclair me traversa sur le channel des L1. Une fille qui paniquait avec son inscription administrative. Je l'avais faite. Enfin... Juste la partie en ligne. J'AVAIS OUBLIE LES PAPIERS. Plus conne, tu peux pas test. Mes plans commencèrent à s'effondrer un à un. Il ne me restait plus qu'une solution. Camper lundi matin pour finaliser mon inscription. Je pouvais dire adieu à mon réveil peu avant 7h30 pour me tenir prête. Quand bien même je me levais, je n'aurais pas de certitude de réussir à me connecter. Pourtant, la création de mon compte étudiant ne posait pas de problème, mais avant de réussir à tilter, j'avais eu le temps de me demander pourquoi je n'avais pas reçu ma carte étudiant. Alors que la réponse coulait de source. J'échafaudai rapidement de nouveaux plans, consternée par ma connerie, mon irresponsabilité et tout ce qui va avec.
Au moins, je pouvais être contente d'une chose. Il y a des Steins;Gateux et des dresseurs de Pokemon parmi ma promo. En même temps, l'inverse m'aurait étonnée...

Prochain épisode: L'inscription pédago et le début du stage de pré-rentrée!

[to be continued]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Masculin Messages : 7195
Date d'inscription : 30/05/2012
Âge : 20
Localisation : Mitakihara
Emploi/loisirs : Affronter tout type de dresseur.
Humeur : Hawnlesque

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Dim 9 Sep - 0:48

Le coup de la veste, ça ne m'étonne même pas de toi... Bon, on peut dire que les Steins;Gateux et les dresseurs Pokémon peuvent finir ici, on les attend avec impatience... J'espère que la suite de ton aventure se passera bien owo




Arigato DOP-sama :
 


20 HAWN ! Merci :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 4082
Date d'inscription : 26/07/2012
Âge : 18
Localisation : Kaer Morhen
Emploi/loisirs : Séries, films et thé à la menthe
Humeur : Un peu d'thé ?

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Dim 9 Sep - 1:12

Sympa ces deux premiers épisodes ! C'est rafraîchissant et puis on se reconnait tous là dedans ! Surtout le côté Intimidation omg c'est tellement moi xD Je réfléchis trop avant de faire quelque chose et finalement elle me passe sous le nez :/

Hâte de lire la suite en tout cas !



Merci Ichigo ♥️


Merci Kuro, mon fidèle partenaire ♥️


Kyara lpb ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 980
Date d'inscription : 11/03/2018
Âge : 21
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Joyeux

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Dim 9 Sep - 1:19

Bah bravo le coup de la veste, je te félicite pas ! Et pour l'inscription t'inquiètes pas c'est la galère PAR-TOUT. On attend ton exclusion insertion dans ton établissement ^^



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 146
Date d'inscription : 06/05/2017
Âge : 17
Localisation : Somewhere Only We Know ~ ♪
Emploi/loisirs : Eleveuse de Lamas
Humeur : Tutturuuuuuu ~ ♪

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Ven 14 Sep - 0:19

Episode 3: Inscription et pré-rentrée

Oyez oyez, cet épisode arrive un peu en retard mais c'est pas grave, ça me fait faire une petite review de la semaine, et ça c'est chouette. Voyons voir les messages laissés sur les répondeurs...

...

Ouais, bah... Je suis un boulet. C'était nouveau pour personne alors inutile de remuer le couteau dans la plaie kyaaah!

Sans transition. La journée de lundi a commencé de bon matin à six heures où telle un zombie je me levai pour aller à la fac et camper. C'était un sentiment un peu mélangé entre le "Je vais à l'échafaud", le "Tant pis pour moi c'est de ma faute ce qui arrive en fait" et le "Bon bah chill chill, go lire The Promised Neverland". Sur les huit heures, je m'installai sur le banc d'un troisième étage désert. Si le bureau devait ouvrir, ce serait une heure et demie après. J'étais la deuxième. Une autre fille attendait déjà, probablement la même chose que moi. Nous rejoignèrent une femme entre la quarantaine et la cinquantaine et une fille qui se mit à parler japonais au téléphone au calme. C'était terriblement intimidant quand à côté, j'allais commencer quelques heures après les cours de japonais par les bases bonjour au revoir. A neuf heures, nous nous levâmes toutes sauf la Japanese speaker pour faire la queue devant le bureau. Plus que trente minutes. A cet instant débuta une discussion où les deux autres personnes se plaignaient de leurs problèmes avec l'administration quand moi, je me disais "oui mais moi si je suis là en fait c'est entièrement de ma faute fufufu". Entre problèmes de mail et de chèques, je crois bien que j'étais un cas à part, celui du boulet irrécupérable. Se rajouta une autre fille, Léa. Nous étions trois de L1 japonais en train de nous inquiéter pour notre inscription pédagogique en espérant avoir le groupe 2 si plébiscité. En effet, toutes les personnes qu'on rencontrait chacune souhaitait être dans le groupe 2. Je m'informais en même temps sur la situation des serveurs auprès de ma mère postée à son ordinateur tout en espérant que mes deux acolytes de là où ils étaient puissent se connecter sans peine.

Mon problème d'inscription réglé, je me rendis au sixième étage où une salle était à disposition pour les inscriptions pédagogiques. Beaucoup de monde faisait la queue et j'y fus bientôt rejointe par Léa puis par Tom, un des garçons avec qui j'avais fait connaissance quelques jours plus tôt puis l'autre et ses cheveux bleus. (Il s'appelle Lucas, mais je préfère ne pas le respecter en l'appelant juste cheveux bleus.) A vrai dire, je n'avais même pas été sûre de les revoir étant donné la taille de l'établissement, le fait qu'on ne serait pas dans les mêmes groupes de pré rentrée. Nous nous enquîmes régulièrement de la situation en croisant bien les doigts. Ce fut quand on avança jusqu'à l'entrée de la salle informatique en tête de la queue pour avoir des places qu'on put finalement se connecter sur nos téléphones ou par l'intermédiaire de mères au taquet depuis le QG. Le groupe 2 était déjà rempli cependant sans que l'opération ne fût un réel échec. En effet, l'échec total aurait été de s'inscrire dans le groupe 8 pour les cours du soir. Nous pûmes chacun avoir notre deuxième choix et je n'étais pas seule à m'être rabattue sur les horaires du groupe 1.

Je fus rejointe dans ma salle de pré rentrée par le bleu trop content de me trouver sur une place au bord. Apparemment, sa salle ne s'était pas vue de professeur attribué et ils s'étaient retrouvés dispatchés dans plusieurs groupes. C'était un soulagement aussi pour ma part puisque cela faisait une dizaine de minutes que j'étais installée dans cette salle où on apprenait les politesses en japonais à l'aide de gestes et jusqu'ici, j'avais l'impression que nous étions tous des enfants. C'était tellement bien de ne pas être seule, on pouvait au moins rire ensemble en disant des conneries. Quelle ne fut pas mon effarement en constatant que nous allions refaire tout l'alphabet qu'on nous avait pourtant demandé d'apprendre au préalable. Pour le coup, on ne faisait vraiment que tout revoir et d'une lenteur. C'était simple. Aujourd'hui à l'heure que je vous parle, nous sommes jeudi. Nous avons "fini" les deux alphabets. Vu celui des katakanas juste dans la journée d'hier et aujourd'hui, retravaillé tout ce qui était combinaisons pour les katakanas (alors qu'on avait déjà vu pour les hiraganas quelques jours auparavant et que c'est sensiblement le même principe)

Voici donc le tableau qui récapitule tout ça que j'ai collé sur mon mur en face de moi à l'heure où je vous parle.:
 

Les premiers jours du moins, l'enseignement était vraiment très lent vu le nombre de "répétez après moi" et puis même, le détail de chaque chose quand juste expliquer le principe aurait été nécessaire. On ne cite pas assez le moment où on a appris à compter jusqu'à 100 (Hyaku). On a commencé par 1, 2, 3... (Ichi, ni, san, shi/yon, go, roku, shichi/nana, hachi, kyû/kû, jû) et alors là où on pouvait juste calquer les dizaines qui fonctionnaient pareil (jûichi, jûni [...] nijû, sanjû...) on a dû répéter absolument tous les nombres qui étaient tous les mêmes sauf le nombre de dizaines, c'était tellement répétitif qu'avec le bleu, on se regardait désespérément. Même pour les allongements, on a dû passer au moins trois siècles pour voir toutes les syllabes une par une pour dire あ+あ = ああ, か + あ = かあ... Le plus drôle c'était au moment des ha. On les a tous faits. La prof a littéralement fait "はha [la diapo bouge], a,[diapo] haa ce qui rendait la situation plutôt cocasse, l'onomatopée d'un rire bizarre. Un peu gênant. Enfin, ce qui est gênant est quand même de passer trois siècles sur une notion alors que quand on change de prof le lendemain, tout est réexpliqué en à peine dix minutes. Le principe est simple quoi.

Spoiler:
 


Autrement, pendant les cours on a aussi fait pas mal de dictées qui ont permis l'apprentissage de vocabulaire et de se familiariser avec la retranscription de sons, ça c'est pas mal.
On a aussi bien eu deux cours en amphi d'introduction aux kanjis mardi et jeudi (aujourd'hui) où un prof nous a fait chanter. Le truc cocasse, c'est que c'est à ce moment où il voulait capter notre attention que j'ai (un peu) dormi. Autrement, il nous a aussi fait une bonne méthodo pour apprendre les sinogrammes et ça je dis pas non.

Sinon, à part ça, mes pauses déjeuner se sont déroulées dans la joie et la bonne humeur avec les potes qui m'ont pas trop trop ménagée. Ca a commencé lundi où on s'est faits juger par des étudiantes de coréen à qui la pote du bleu avait parlé, continué mardi où je me suis faite prank. J'étais sortie un peu en décalé puisque je voulais remplir ma bouteille d'eau. A ce moment-là, je reçois des messages de numéro inconnu. Dans le groupe, je n'avais encore donné mon numéro qu'à Tom et je ne pus que douter sur l'identité de mon interlocuteur qui pour moi pouvait aussi bien être le bleu qu'être Océane qu'on avait rencontrée dans le groupe de pré rentrée le lundi, Léa ne venant que pour les cours de kanjis qui  n'avaient pas encore eu lieu. Il pouvait tout aussi bien s'agir de la fille du collègue de mon père que je ne connais pas. Ne savait-on jamais s'il donnait mon numéro pour "faire connaissance". La tournure des événements me rendit perplexe ceci dit puisque ladite personne prétendait être un gars de mon groupe avec qui j'avais parlé sur discord et était plus que louche avec ses réponses évasives à qui j'avais répondu "Si tu es Lucas je te nique ta race" En mentionnant que le même sort attendait Tom pour m'avoir vendue ainsi au FBI. Au moment où mon interlocuteur m'a fait une déclaration de type "Oh mon dieu j'ai eu le coup de foudre" alors que je me perdais dans les rues de Paris, j'ai sincèrement hésité à lui demander combien il avait payé Tom pour obtenir mon numéro, je comptais bien demander ma part du gâteau. Même si je trouvais la situation ridicule et irréaliste compte tenu des divers éléments, j'avais préféré me taire. Je détestais ce scénario, mais je ne suis pas une personne qui croit au risque zéro. J'avais des scrupules, quand même. On ne savait jamais si je brisais vraiment un coeur à l'autre bout. Et c'est après avoir ruminé tout mon chemin que je retrouvai mes amis la mine boudeuse, désespérée aussi de m'être perdue. Apparemment avec mes lunettes de soleil, j'avais un petit air de Gilbert Montagné puis de Nicolas Sarkozy, selon les dires du blond. C'est pendant que je boudais en essayant de manger mon riz alors même que ces événements me dégoûtaient et me coupaient l'appétit, que je découvris le pot aux roses. Pendant mon errance, j'avais pu entrer en contact avec le bleu et le numéro prankeur était donc celui d'Océane. J'étais soulagée alors je les ai tous tapés avec mon éventail et j'ai fait des couettes au blond pour bien me venger.

Et puis, jour après jour, faut croire qu'on s'est constitué un petit groupe de potes alors même que ça ne fait même pas une semaine, c'est étonnant, un peu. Nous avions regardé la Seine sur un pont dans une position openinglike et vu un peu des personnages secondaires entrer en piste sur notre histoire. Entre les galères administratives et Léa qui se pointait seulement par moment, la fille de mon lycée qui fait coréen que j'ai bien fini par croiser dans le métro etc. C'est étonnant quand même de retomber comme ça sans même avoir de lien de contact dans un établissement de 10 000 personnes. Enfin, c'est bien pour ça qu'il faut se promener avec un pote aux cheveux bleus pour réunir tout le monde, sinon on s'y perd. Un phare flashy. Parfait.

[To be continued...]

Et oui, c'est fini. Je vous vois venir hein! Non, je ne parlerai pas de mon fail au test de niveau d'anglais qui m'a mis A2 parce que je me suis endormie dessus. Oups. Bon, sinon, je vous laisse un petit bonus grammaire facile avant de partir.

Pour se présenter, ou présenter un objet, tu rajoutes desu et c'est bon. Voilà. Et pour la négation, tu dis dewa arimasen à la place de desu.
Aussi, pour les démonstratifs, tu fais la différence: Kore pour tout objet proche de toi, sore pour ce qui est proche de ton interlocuteur et are pour ce qui est loin de vous deux.
Mais, vous avez probablement déjà entendu tout ce qui est kono, sono et ano. Comment différencier les kore des kono? C'est simple, en fait puisque Kore désigne quelque chose d'indéfini accompagné de la particule は (ha à l'origine mais prononcé wa en tant que particule) en mode "ce truc"... c'est une chaise alors que kono désignera plutôt l'objet: cette chaise.

On a fini? On a fini.

--------------------------------------------------

Petit edit du lendemain parce qu'on en ferait pas un épisode.

Hmm, voyons donc. Ce qu'on a fait aujourd'hui. Les fucking katakanas... Enfin, en vrai le principe est intéressant et assez amusant. Mais comme pour tout jeu... Il t'arrive de rager sa mère. Car oui, les katakanas c'est compliqué. Si vous avez lu ce que j'ai posté hier, vous avez pu voir un peu le principe de l'écriture vite fait avec certains caractères que tu dois écrire en tout petit pour changer le mot. Il y a la même chose pour les katakanas mais en version améliorée. Et alors voilà, on a les mots étrangers qui offrent une variété de sons étrangers à la langue japonaise. Et tous katakanisés. On a passé la journée à écrire du Français ou de l'anglais en katakanas dans nos fameuses kakitori aka les dictées. Et alors comparé aux autres jours, c'était clairement pas de la tarte. Il faut capter la prononciation de la langue d'origine, la transcription japonaise (ex: card => caado) avec des allongements, des pauses, etc etc à droite à gauche. Ainsi que des noms propres d'endroits en France ou autres qui sont ultra galères. On est d'accord qu'il y a les Galeries LaFayette, que les japonais ont des kanas pour la syllabe ga... Jusqu'ici vous me suivez? ALORS POURQUOI CA S'ECRIT GYARARI RAFAYETTO BIZARRE? Et encore, je dis ça comme ça, mais je suis sûre que c'est même pas ça. Dizunîrando aussi putain, on sait pas ou placer les allongements et tout c'est trop chaud grrr...

Et alors en vrai, ce qui était vraiment drôle c'est la tête du prof qui a une voix posée. Et quand tu le vois, il a un de ses regards de flingueurs: un peu intimidant avec une petite pointe de dédain bien dosée sans que cela soit inconvenu. Mais là, quand il expliquait tout ça, on pressentait clairement à la fois dans le regard que dans la voix le petit "Bande de chieurs." "Ah oui? Vous pensez ça comme ça? Mais les japonais aiment trop utiliser des mots étrangers alors ça en rajoute encore dans nos katakanas et votre langue elle est trop compliquée etc etc etc".

Quoiqu'il en soit, demain on pourra parler un peu avec les étudiants japonais en échange.

[To be continued]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 146
Date d'inscription : 06/05/2017
Âge : 17
Localisation : Somewhere Only We Know ~ ♪
Emploi/loisirs : Eleveuse de Lamas
Humeur : Tutturuuuuuu ~ ♪

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Mar 25 Sep - 23:29

Episode 4: Rentrée la vraie. Je suis: fatiguée.

Hey auditoire fantôme aussi fantôme que je ne le suis, je viens encore... Raconter ma vie!
Grosso modo, ma rentrée s'est plutôt bien passée. Ah bah c'était sûr hein, lundi j'avais commencé l'après-midi pour cause de professeur absent, deux semaines d'affilée. Il nous ferait rattraper trois heures de cours le samedi 6 octobre et en attendant, nous en profitions pour narguer les gens des autres groupes. On se réunit tous ensemble pour manger avant le cours de Japon ancien. J'aimais bien cette prof, c'était celle avec qui j'avais pu discuter lors de la journée porte ouverte et la directrice du département. Elle nous présenta les époques de la protohistoire, introduisant Jômon et Yayoi.

Durant la préhistoire, vers -11 000, l'est du Japon était peuplé durant cette période qu'on nomma par la suite Jômon, (Jô kanji de la corde et mon, du motif) par une civilisation de chasseurs-cueilleurs qui laissa derrière elle des céramiques sur lesquelles avaient été imprimées des cordes. Durant le cours, on a surtout émis des hypothèses sur le fait que ces poteries, contrairement à ce qui se passait en Mésopotamie, étaient antérieures à l'agriculture (qui elle marque le début de la période Yayoi avec l'arrivée de la riziculture) et j'avais trouvé le sujet tellement intéressant notamment avec les images de ces céramiques, la précision de la forme des cordes etc.(https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7b/J%C5%8Dmon_Pottery_British_Museumo.jpg)

Et puis, ça a dérapé. J'ai fait la connaissance du professeur d'analyse et exercices. Mr Roy dit Mustang. Le cours était... spécial. On avait vu un petit monsieur, le sourire narquois poser ses couilles sur la table parler d'une voix plate pour soudainement CRIER et rouler les r. Son cas ne s'est pas amélioré cependant le lendemain. Japon contemporain. Même schéma, mais devant un amphi de 300 personnes. Là, quelque chose m'avait frappé l'esprit. Il avait une voix et une intonation de radio des années 50, j'avais l'impression d'écouter l'appel du 18 juin par moments. Le tout en partant sur une introduction anarchique, des réflexions philosophiques sur la nature d'une civilisation (ça nous a même envoyé sur des screens de Civilization VI) et une critique des nouvelles technologies et le fameux gaugle (ouais il prononçait comme ça.) Et le pire était encore à venir, cette semaine. Le cours d'analyse et exercices s'est transformé en gros gribouillis schématiques. Il l'a énoncé comme ça: Quand on dit watashi mo pour une affirmation, on se soumet au wa précédent puisqu'on ne dit plus watashi wa. Alors que si on dit non, on change de dimension par l'utilisation d'un nouveau wa. J'ose espérer que mes notes seront encore compréhensibles d'ici la fin du semestre parce que là, les cours de grammaire c'est pas gagné.

Et enfin, après un mercredi libre passé avec la clique à jouer à limite limite limite dans un 9m2 et à marcher sur le champ de Mars en chantant l'intégrale des génériques pokemon à tue tête, on a eu droit à un replay de la pré-rentrée de la part de Yamamoto sensei aussi dit Yakuza sensei et on a rencontré notre prof d'oral, mme Takemura qui dit tout le temps "ne" à la fin de ses phrases. C'est contagieux. C'est tellement bon d'entendre des japonais parler Français, le petit accent est trop mignon, couplé à tous ces tics de langage et de gestuelles. On a eu la prof de Kanas et kanjis aussi qui mimait je ne sais plus quoi. Et le bilan de cette semaine et demie de cours... C'est bien on a un corps enseignant sympathique. Mais c'était chiant quand même. Car on n'a fait que voir et revoir les mêmes choses depuis la pré rentrée, écouté les mêmes enregistrements qui disaient tous la même chose:
"Kore wa nandesu ka? Enpitsu desu. Ah, sou desu ne." Toujours les mêmes types "Qu'est-ce que c'est? Un ****. Ah, je vois." avec les voix légendaires des enregistrements audio des manuels.

Aussi, je terminerais en disant que maintenant que j'ai une vie sociale, je suis inquiète. Avec les senpais des années supérieures qui sont sarcastiques "J'aime bien les L1. Dans 2-3 mois y'en aura plus" et qui sont là à parler du rythme de l'INALCO en disant qu'étant un grand établissement, il a l'exigence d'une grande école et le fonctionnement d'une fac et réunit les défauts des deux systèmes. Et je suis en train de me dire que même si jusqu'à maintenant, on fait des choses faciles, je n'ai pas assez travaillé la semaine passée en sortant, travaillant de façon beaucoup trop relax (donc lentement) et faisant autre chose alors que clairement, le rythme il faut le prendre dès maintenant, que le travail devienne un automatisme. Et je suis bien quand je retrouve mes deux potes (l'une en prépa et l'autre à Epita) qui pour le coup ne font que se plaindre. Entre l'une qui dit j'ai un DST demain, après demain et après après demain et l'autre qui dit j'ai eu 24h de maths la semaine dernière, c'est vrai que c'est hard. Mais parce que mon emploi du temps est plus léger, parce que j'ai commencé plus tard, c'est compliqué de tenir des conversations. Car peu importe ce que je dis, elles vont me dire "mais toi, t'as que ça, juste ça juste ça" toujours minimiser. Même si elles ne sont pas si sérieuses en disant ça et se défoulent juste, c'est dommage quand même. Car les études, on les choisit et un choix en théorie ne vaut pas moins qu'un autre, des enseignements différents et intéressants, des facilités et des difficultés même si malgré tout, le marché du travail définit ensuite lesquelles il va plébisciter plutôt qu'une autre. Nos écoles fonctionnent différemment et apprendre une langue de A à N (Ouais d'après l'alphabet des kanas A I U E O, KA KI KU KE KO jusqu'à N) c'est pas une mince affaire avec des professeurs qui présentent les concepts simples avec des termes et des visions plus compliquées pour cerner la "nature" de cette langue qui comme il dit ne se traduit pas directement. On ne calque pas les significations du japonais sur le français, on identifie des expressions et et les contextes dans lesquels on parle que ce soit en japonais, en français, lesquelles sont à retranscrire lors du passage d'une langue à l'autre et en plus, on est censés obtenir en 3 ans les connaissances linguistiques qu'un japonais acquiert en 18 ans d'existence.

Ouais, bon. Sur ce, je m'en vais disparaître à nouveau. Pour toujours ou pour 3 jours peut-être, j'en sais trop rien. (Tout dépend de mon humeur voili voilou.)

~Une personne aigrie de passage.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sexe : Féminin Messages : 146
Date d'inscription : 06/05/2017
Âge : 17
Localisation : Somewhere Only We Know ~ ♪
Emploi/loisirs : Eleveuse de Lamas
Humeur : Tutturuuuuuu ~ ♪

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Ven 12 Oct - 20:34

Episode 5: Déprime du jour, bonjour.

Etoo... En fait, je pensais pas que je reviendrais écrire ici. Je crois qu'il faut bien que je fasse avec ce que j'ai. Les semaines ont passé, oui. Nous sommes le 12 octobre et la météo de mon âme a déjà vu passer plusieurs tempêtes dont certaines finalement n'ont été que des réminiscences des tornades avoisinantes que nous avions pu contourner. Le navire restera un et solide comme un roc, tel était le maître mot dans cette dérive terrifiante. Il semblerait que j'approche de l'overdose, que les vagues essaient de percer mes défenses, de me mettre à nu, de me détruire. Il pleut. Beaucoup. Nous manquons de vivres alors ne nous procurons que du mauvais carburant. Les poissons, appétissants, révèlent la faiblesse des marins, les nourrissent sans les remplir, les apaisent sans les guérir des milliers de tourments dansant dans la houle. Chocolat. Oui, en fait je parlais des taiyakis. C'était bon. Mais en rentrant, j'avais encore besoin de prendre du gras pour apaiser mon tendre ego de brute. Nous naviguons sur des eaux sombres et incertaines, le vent nous écartant du bon chemin. Je crois que plus le temps avance, plus je me perdrai dans le triangle des Bermudes. Oui, en fait je panique. Je n'irai pas dire que le japonais est une langue difficile. Je n'irais pas dire que le japonais est une langue facile. MAIS LA JE PATAUGE. J'en suis au point où je me questionne sur la katakanisation des noms des gens que je croise sur discord "Ah, t'as écrit 'Joshu'? Y'aurait pas un allongement?", où je me dis "Hmm dis donc, j'ai pris de l'avance là. Il faut la conserver." J'ouvre mon cahier et paf! Je sais plus rien faire!

Et puis tout à l'heure aussi, j'ai eu 1 en dictée. Le genre de choses en primaire, tu te serais foutu de la gueule de ton pote qui dit ça. La dictée? En quoi ça consiste? Eh bien, c'est 2 ou 3 dialogues de 2 écoutes chacune. On a un texte à trous. On doit fill les blanks. Simple, n'est-ce pas? Eh bien... Comment dire? Entre deux écoutes, il y a quoi? 15 secondes? A peine tu as le temps de finir de compléter une réplique, tu dois remplir les autres. Normal? Ouais, sauf que l'enregistrement il continue. Y'a d'autres sons à capter. Et pas question d'écrire en româjis. Parce qu'il faut s'habituer à écrire en kana à la vitesse Usain Bolt quand en Français, tu écris pas aussi vite. Et c'est bien pour ça que... En fait la prof a dit que pour les dictées, il fallait à chaque fois le travailler d'abord à la maison, sur moodle. Donc en gros, tu écoutes, tu écoutes, et tu écris. C'est plus de la compréhension orale, là c'est... En fait je suis trop fatiguée pour trouver les mots. Je suis là, je vide mon sac parce que je meurs d'envie d'écrire mais que je sais que si j'écris quelque chose qui me tient vraiment à coeur je vais plus m'énerver. Et... Me tailler les veines en écoutant Lana Del Rey, comme dirait l'autre.

Je crois que nous entrons en période de crise alors même que demain annonce les meilleures festivités. Ca fait deux jours que l'autre blondasse me dit "J'ai l'impression d'être nul". Est-ce que c'est actuellement en train de déteindre sur moi? Le travail ressemble-t-il tant au tonneau des danaïdes? Pourtant je ne désire pas tant que ça travailler. Réussir, oui. Mais ça me désespère. J'ai peur pour moi, pour les autres. Je pense à ceux qui pensent encore à faire des soirées en les voyant comme des extraterrestres quand j'ai l'impression que je dois me saigner en quatre pour me satisfaire. Je pense aux jours qui défilent jusqu'au point final précédé d'un grand vide. Je pense à mes amis et leurs difficultés, que j'essaye d'aider, mais ne sais pas comment tout cela va se finir. Toujours, là, à la bibliothèque universitaire à leur faire des dictées pour les exercer en kanjis. Je leur donne des choses difficiles, mais peut-être bien que Kanji Nazi n'est au fond qu'une façade lisse et souriante. Un sourire qui pourtant se tord de douleur et se fendant d'espoir s'élève et s'affaisse.

Je commence à mélanger mes particules. C'est pas très jojo tout ça. (enfin, au moins, ça c'est jojo. Là, les exercices me demandent une traduction de phrases simples, mon cerveau meurt d'envie de répondre en espagnol. C'est fou, je sais comment je devrais travailler mais comme pour tout, je n'en trouve pas le temps. Fiches particules, fiches vocabulaire, un jour peut-être je vous finirai. Mais il faudrait avant tout... Que je vous commence. Lire. Lire je dois. Ô lire. Une fiche de lecture, un mois. Ca devrait aller. Si je m'y mets maintenant. Et si je devais faire ça, ça, ça, ci et ça avant? Et puis, je pense à mes notes prises dans l'amphithéâtre. Complètement anarchiques. C'est fou ce que Radio-sensei nous mène la vie dure. Et voilà, on en revient à ma hantise. Prendre du retard. Encore et encore. Peut-être faudrait-il que je m'arrête ici dans ma complainte. Peut-être bien que je devrais juste y retourner, plonger dans ces eaux froides où même moi, qui me balade en tshirt en hiver, grelotte, tremble et me bats pour ne pas me noyer. Mais soyez en sûrs. Demain est un autre jour.

To be continued



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 980
Date d'inscription : 11/03/2018
Âge : 21
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Joyeux

MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   Sam 13 Oct - 0:10

Courage Iri !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Tribulations d'Irisia en fac de Japonais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le japonais, comment ça marche ?
» Torii - Portail de temple Shintoïste (Japonais)
» Restaurant Japonais près de chez vous
» Le meilleur whisky du monde serait japonais
» recherche repas japonais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Direction One Piece 2 ::  :: DOP ART :: Écriture-